Margiela / Galliera

Depuis samedi dernier, l’exposition sur le créateur belge Martin Margiela est ouverte au Palais Galliera. Evidemment, je me suis emp...


Depuis samedi dernier, l’exposition sur le créateur belge Martin Margiela est ouverte au Palais Galliera. Evidemment, je me suis empressé de la visiter, puisque Margiela est un artiste que j’apprécie énormément. Même si je n’aime pas toujours l’esthétique et la forme que prenne ces créations, je suis admirative de son travail, de sa démarche et de tous les concepts qu’il a créé. 

L’exposition, sous forme d’une rétrospective, retrace la carrière du créateur, de 1989 à 2009. Chaque défilé est présenté, avec ces points forts et ces innovations. 


Durant toute sa carrière, Margiela a oeuvré à faire bouger les diktats de la mode. Tournant le dos aux années 80, et baptisant l’ère des Nineties, il réinvente la silhouette féminine. Il la veut déconstruite, provocante et novatrice. 

Prônant la réutilisation et le détournement, Margiela se fournit dans les marchés aux puces et les surplus américains. C’est ainsi que la Ligne Artisanale voit le jour. Elle sera présentée avec les défilés Haute Couture. Ainsi, il invente un pull construit à partir de chaussettes, un top fait de gants assemblés, et mets au point une base de mannequin géant qui lui servira a créer des vêtements XXXXL. Porcelaine cassée, toile PVC, scotch de déménagement, collants troués, costumes de théâtres, Stockmann délaissés : tout devient source d’inspiration et chaque élément peut être réutilisé. 

Les défilés Martin Margiela sont une oeuvre d’art à part entière. Chaque saison, le créateur opte pour un lieu toujours plus saugrenu, des invitations de plus en plus conceptuels, des doubles défilés, ou même décide de ne pas faire de présentation du tout. 

Le défilé PE 07 marque une réelle transition dans le travail du créateur. Après avoir travailler sur les augmentations et les distorsions pendant plusieurs saisons, Margiela décide d’aller sur des terrains inconnus. Il s’aventure sur une nouvelle palette de couleur et retravaille la carrure féminine. L’exposition se termine une pièce phare : le manteau en cheveux, crée en hommage à Sonia Rykiel, pour les 40 ans de la marque.

* SPOIL * : Si vous prévoyez d'aller visiter l'exposition, gardez un peu de suspens ;) 





You Might Also Like

0 commentaires